Accueil » Boissons sans alcool » Comment soutenir efficacement une personne aux prises avec l’alcoolisme ?
Comment soutenir une personne aux prises avec l'alcoolisme

Comment soutenir efficacement une personne aux prises avec l’alcoolisme ?

L’alcoolisme est une maladie chronique qui touche environ 15 millions de personnes en France. Cette dépendance à l’alcool ou la surconsommation d’alcool peut avoir des conséquences graves sur la santé physique et mentale. Il est donc crucial de savoir comment aider une personne alcoolique.

Comprendre l’alcoolisme

L’alcoolisme peut se manifester de deux façons : une dépendance à l’alcool ou une consommation excessive. En France, environ 15 millions de personnes sont dépendantes de l’alcool et 25 millions ont une consommation à risque. La consommation d’alcool est considérée comme à risque lorsque la quantité d’alcool consommée et la fréquence des prises entraînent des problèmes physiques, psychiques et sociaux si elles sont prolongées.

Les solutions pour lutter contre l’alcoolodépendance

Pour lutter contre l’alcoolodépendance, plusieurs solutions existent, adaptées au profil et à la consommation de chaque individu. Si la personne est dépendante à l’alcool, l’objectif est d’atteindre l’abstinence grâce à un accompagnement psycho-médico-social. Cet accompagnement peut inclure des rencontres avec un psychologue ou un psychiatre, et éventuellement un travailleur social.

Le rôle des médicaments dans le traitement de l’alcoolisme

Si la personne est physiquement dépendante et a déjà fait des crises d’épilepsie ou des deliriums tremens, le sevrage doit être médicalisé et hospitalier. Des médicaments peuvent aider à maintenir l’abstinence, comme le disulfirame, qui rend malade si on boit de l’alcool après l’avoir pris, ou l’acamprosate et la naltrexone, qui diminuent le besoin ou l’envie de consommer de l’alcool.

Réduire la consommation d’alcool

Pour ceux qui souhaitent réduire leur consommation d’alcool, le nalméfène peut être prescrit. Ce médicament diminue le plaisir ressenti en buvant de l’alcool et les effets désagréables lorsqu’on est en manque. Le baclofène est un autre médicament utilisé pour réduire la consommation d’alcool.

Lire aussi  Réduction de poids après l'arrêt de l'alcool

L’importance du soutien psychologique et social

Cependant, aucun traitement ne peut fonctionner sans un travail médico-social. Les médicaments sont suspensifs, ce qui signifie que lorsque l’on arrête de les prendre, on peut replonger. Le travail réalisé avec un psychologue, un psychiatre ou un travailleur social peut permettre de guérir partiellement, car il permet de réfléchir aux causes de la dépendance ou de la consommation excessive et à la place de l’alcool dans la vie de la personne.

Une histoire de rétablissement

Il y a quelques années, j’ai rencontré un homme nommé Marc. Marc avait toujours été un grand amateur de vin. Il aimait le goût, l’arôme et la façon dont le vin pouvait transformer un repas ordinaire en une expérience gastronomique. Cependant, au fil du temps, sa passion pour le vin s’est transformée en une dépendance à l’alcool.

Marc a commencé à boire tous les jours, et pas seulement un verre ou deux. Il buvait plusieurs bouteilles de vin par jour. Sa santé a commencé à se détériorer, il a perdu son emploi et ses relations avec sa famille et ses amis ont commencé à se dégrader.

Un jour, Marc a réalisé qu’il avait un problème. Il a cherché de l’aide et a commencé à travailler avec un psychologue et un travailleur social. Il a également commencé à prendre des médicaments pour l’aider à maintenir son abstinence. Le chemin vers la guérison n’a pas été facile, mais Marc était déterminé.

Aujourd’hui, Marc est sobre depuis plus de cinq ans. Il a retrouvé un emploi, réparé ses relations et retrouvé sa santé. Il est la preuve vivante qu’avec le bon soutien et les bonnes ressources, il est possible de surmonter l’alcoolisme.

Lire aussi  Quelle est la marque de boisson énergétique la moins sucrée ?

Cette histoire illustre l’importance d’un soutien multidimensionnel dans le traitement de l’alcoolisme. Il ne s’agit pas seulement de médicaments, mais aussi de soutien psychologique et social. Chaque personne est unique et le chemin vers la guérison peut varier, mais avec le bon soutien, la guérison est possible.

Conclusion :


Aider une personne alcoolique n’est pas une tâche facile. Cela nécessite une compréhension profonde de la maladie et une approche multidimensionnelle. En plus des traitements médicamenteux, un soutien psychologique et social est essentiel pour aider la personne à surmonter sa dépendance. Il est également important de rappeler que chaque individu est unique et que le chemin vers la guérison peut varier d’une personne à l’autre.